Journées Entrepreneur

Connectez-vous à l'avenir où l'innovation rencontre l'excellence.

méthode AMDEC
Entreprise

Optimiser l’antacipation des defaillances avec la méthode AMDEC

L’AMDEC est l’Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticités. Il s’agit d’une méthode d’analyse qualitative et quantitative qui met en avant les défaillances potentielles d’un procédé ou d’un produit.

L’AMDEC est devenu aujourd’hui un allié pour le bon développement des entreprises. C’est une technique qui se déroule en six étapes. Découvrez-les ici.

Former un groupe de travail

La première étape pour appliquer la méthode de l’amdec est de former un groupe de travail. Ce groupe doit réunir des personnes de différents bords professionnels ayant beaucoup d’expérience.

En clair, il doit réunir 6 à 8 personnes issues de divers services de l’entreprise. Il s’agit des services de productions, de maintenance, de méthode et de qualité. Parmi les membres du groupe, il doit avoir un consultant.

C’est une personne extérieure à la société et c’est lui qui se charge de l’animation de l’amdec. Il aura pour fonction de conduire et d’orienter les débats, de planifier la réunion, de rédiger l’AMDEC. C’est également à lui de désigner celui qui doit trancher en cas de litiges.

Définir le périmètre de l’étude

Le périmètre de l’étude est défini en faisant une étude fonctionnelle du produit. Pour cela, il faut répondre aux questions suivantes :

  • Quelle est la fonction du produit ? Ex : une voiture roule
  • À quoi s’attend le client avec ce produit ? Ex : une voiture doit rouler en hiver comme en été.
  • Quelles sont ces limites ?
  • Comment fonctionne le produit ?

appliquer la méthode de l’amdec

En voulant répondre à ces questions, il est recommandé d’utiliser les outils d’analyse fonctionnelle. Il s’agit de la méthode de la pieuvre, des diagrammes de flux et de l’arborescence. À ces outils, il faut ajouter l’influence de l’environnement sur le procédé ainsi que le diagramme de processus.

Le sujet doit d’abord être analysé sous son aspect interne et ensuite sous l’aspect externe.

Identifier les défaillances

L’analyse des défaillances se fait quantitativement et qualitativement.

Analyse qualitative

L’analyse qualitative consiste à déterminer toutes les défaillances possibles du produit. Pour le faire, il faut trouver une réponse à cette question : qu’est-ce qui pourrait aller mal ?

Pour réussir cette analyse qualitative, il faut prendre en considération les différentes modes de défaillance. Il en existe 6 qui sont :

  • Procédé ;
  • Moyen
  • Sécurité
  • Conception
  • Produit
  • Organisation.

En relevant les défaillances au niveau de chaque mode, l’analyse vous permettra de mieux connaître les causes possibles et les causes probables de ces défaillances.

Analyse quantitative

L’analyse quantitative est une estimation de l’indice de gravité du Trio de la défaillance potentiel. Cet indice se base sur trois points essentiels « Cause – mode – effet ». Elle permet de déterminer comment la fonction n’arrive plus à faire ce qu’elle devait faire.

Analyse avec la méthode AMDEC

Évaluer la défaillance

L’évaluation de la défaillance se fait suivant le principe GON.

  • Gravité de la défaillance et de l’effet
  • Occurence (fréquence d’apparition de la défaillance)
  • Non-détection

Le groupe de travail peut établir d’autres critères en fonction de la défaillance à étudier. Les critères sont évalués suivant une échelle de 1 à 4 ou de 1 à 10. 1 représente la gravité/occurrence/probabilité faible et 10 la gravité/occurrence/probabilité forte.

Pour éviter les compromis sur une note centrale, le niveau d’évaluation doit être pair. Les échelles allant de 1 à 5 ou de 1 à 11 sont à proscrire.

Déterminer le niveau de criticité

La criticité est également au produit des trois notes obtenues dans l’évaluation de la défaillance. Sois C, la criticité :

C = G * F * N avec G = graviter F = fréquence N = Non-détection

Après le calcul, les défaillances seront classées par ordre de priorité. Le consultant doit alors aider le groupe à définir un seuil de criticité afin d’organiser le traitement des données.

Sur une cotation allant de 1 à 4, voici quelques exemples de niveau d’alerte.

  • Criticité majeure : 37 – 64
  • Criticité importante : 27 – 36
  • Criticité mineure : 10 – 26
  • Criticité faible : 1 – 9

Rechercher les solutions et les actions à suivre

Après évaluation de la criticité, l’entreprise a le choix entre réduire la défaillance ou la supprimer.

La méthode AMDEC propose trois types d’actions à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs. Il s’agit de l’action préventive, de l’action corrective et de l’action d’amélioration.

L’action préventive consiste à empêcher que la défaillance ne se produise. L’action corrective, elle consiste à corriger la défaillance lorsqu’elle se produira. Cette action est utilisée lorsque le problème n’est pas critique. L’action d’amélioration est la modification du processus de fabrication d’un produit afin d’éliminer la menace.

Explication en vidéo :Tout savoir sur l’AMDEC !

Dans cette vidéo, plongeons dans l’univers de l’AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité), une méthodologie essentielle pour garantir la qualité et la sécurité des produits et processus.

En résumé, l’application de la méthode AMDEC dans votre processus de gestion des risques peut apporter d’énormes avantages en termes d’efficacité, de qualité et de sécurité. En identifiant et en anticipant les défaillances potentielles, vous pouvez prendre des mesures proactives pour les éviter ou les atténuer. Cela permet non seulement d’économiser du temps et des ressources, mais aussi de renforcer la confiance de vos clients et partenaires envers votre entreprise.

N’oubliez pas que l’AMDEC est un outil puissant qui nécessite une mise en œuvre rigoureuse pour en tirer le meilleur parti, alors investissez dans la formation et l’engagement de votre équipe pour maximiser ses bénéfices, ce qui est essentiel pour réussir un business plan.